Programmation 2016

Séminaires internes et doctoraux

  • Vendredi 15 janvier 2016 : Georges Kleiber, « Sémantique indexicale, personnelle et spatiale »
  • Vendredi 18 mars 2016 : Marie Zimina, « Analyse quantitative de corpus annotés en traduction »
  • Vendredi 27 mai 2016 : Stéphane Patin, « L’analyse de discours au service de la traduction » et Henry Hernández, « La métaphore comme moyen de structuration du discours politique »

Séminaires interdisciplinaires et doctoraux

Argumenter, Décider, Agir
Mercredi 1er juin 2016 : « Argumentation et analyse du discours »
Organisé par CoTraLiS (C. Pineira) et Grammatica (J. Goes) (Université d’Artois), STL (Lille 3) et CRD&P (Lille 1)

Colloque et Journée d’études

  • 28-30 septembre 2016 : « Apports et limites des corpus numériques en analyse de discours et didactique des langues de spécialité » (3e colloque franco-espagnol)
    Colloque organisé par Grammatica (J. Goes) et CoTraLiS (C. Pineira) (Université d’Artois) et GALE (Université Polytechnique de Valence, Espagne)
  • Vendredi 9 décembre 2016 : « Sémantique et traductologie », Journée d’études
Publié dans Evénements | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Journée d’étude: Sémantique(s) et traductologie

Sémantique(s) et traductologie

organisée par CoTraLiS, en association avec Grammatica, SOFT (Société Française de Traductologie) et l’Université de Casablanca, sous la direction de Carmen Pineira-Tresmontant, Jan Goes et Florence Lautel-Ribstein, le vendredi 9 décembre 2016 à l’Université d’Artois, Maison de la Recherche, salle des colloques.

je-semantiques

Programme

8h45-9h Accueil
9h-9h15 Présentation de la journée (Florence Lautel-Ribstein et Carmen Pineira-Tresmontant, Université d’Artois)

9h15-10h
Antonio Lavieri (Université de Palerme)
Quand traduire c’est faire. Sens, croyance, iconographie.

10h-10h45
Jan Goes (Université d’Artois)
Sur la traduction de quelques petits mots qui ont une grande influence : « islamî », « hidjâb » et « khalîfa ».

10h45-11h Discussion + Pause

11h-11h45
Stéphane Patin (Université Paris-Diderot)
La métaphore du cœur dans les débats parlementaires européens en français et en espagnol.

11h45-12h Discussion + repas

14h-14h45
Mohammed Jadir (Université Mohammedia-Casablanca)
Traduire le non-dit: Incrémentialisation ou entropie?

14h45- 15h30
Michel Morel (Université de Lorraine)
Pierre Leyris et l’intraduisible, ou presque, envoi du sonnet “To Seem the Stranger” de G. M. Hopkins.

15h30-15h45 Discussion+ pause

16h-16h45
Henry Hernández Bayter (Université de Lille 3)
Traduire la métaphore comme stratégie discursive dans « Misère et splendeur de la traduction » d’Ortega y Gasset.

16h45-17h Discussion
17h Fin de la journée

Publié dans CoTraLiS, Evénements, Journées d'Etudes, Traductologie, Uncategorized | Laisser un commentaire

Journée d’étude: L’Amérique latine au CAPES d’espagnol

Journée d’étude organisée par Dominique CASIMIRO, le 18 novembre 2016.

je-amerique-latine

 

Programme:
9h : Accueil des communicants et installations des étudiants (amphithéâtre bât. « Arts »)
9h20 : Ouverture de la journée d’études par Carmen PINEIRA-TRESMONTANT (PU,
Université d’Artois et directrice de l’équipe CoTraLis) et Dominique CASIMIRO (MCF)

 
Matinée consacrée à l’étude de Ficciones de Jorge Luis Borges

9h30-10h : Camilo BOGOYA (MCF, Université d’Artois) « La poética de la dualidad en
Ficciones »
10h15-10h45 : Paul-Henri GIRAUD (PU, Université de Lille 3) « ‘Documentos del mundo
ultraterreno’: las pinturas de Xul Solar y algunas Ficciones de Jorge Luis Borges »
11h-11h30 : Ramiro OVIEDO (MCF, Université du Littoral Côte d’Opale) : « Ficciones (1944):
Espacios e intercambios »
Échanges avec les communicants et les auditeurs

12h : Pause déjeuner

 
Après-midi consacrée à l’étude de No de Pablo Larraín

14h-14h30 : Marianne BLOCH-ROBIN (MCF, Université de Lille 3) « L’adoption d’un
imaginaire venu d’ailleurs : « Chile, la alegría ya viene ».
14h45-15h15 : Sabrina GRILLO (PrAg / Doctorante, Université d’Artois) : « Espaces et
échanges sous la dictature pinochetiste finissante : de la persuasion médiatisée ».
15h30-16h : Benoît SANTINI (MCF, Université du Littoral Côte d’Opale) : « René Saavedra et Adrián Bettini : avatars d’un publiciste dans No de Pablo Larraín, El plebiscito et Los días del arcoíris d’Antonio Skármeta ».
16h15-16h45 : Dominique CASIMIRO (MCF, Université d’Artois) : « No, boîte de Pandore ? »
Échanges avec les communicants et les auditeurs
17h : Conclusions de la journée d’études par Amos FERGOMBE (PU, Université d’Artois,
directeur de l’équipe « Praxis / Esthétique des Arts »)

Publié dans CoTraLiS, Evénements, Journées d'Etudes, Uncategorized | Laisser un commentaire

Publication: La transition espagnole, 40 ans après. Quels enjeux, quels acquis, quels enseignements?

La mort du dictateur Franco en 1975, puis le couronnement du roi Juan Carlos, ont ouvert la voie à la « transition démocratique » marquée par un pacte politique inédit, une amnistie, et un processus constitutionnel. Mais depuis 2015, avec l’abdication de Juan Carlos et l’instabilité politique, certains aspects de la Constitution de 1978 sont contestés. Quarante ans plus tard, donc, qu’entend-on par « transition démocratique » ? Et quelle est la légitimité de ce concept ?

Sous la direction de : Henry HERNANDEZ-BAYTER, Carmen PINEIRA-TRESMONTANT et Denis VIGNERON

Publié dans CoTraLiS, Discours de la presse et des médias, Evénements, Uncategorized | Laisser un commentaire

Appel à communication – colloque El cine documental de Patricio Guzmán

Congreso internacional
Universidad de Artois, 2-3 de marzo de 2017
Este congreso internacional se propone analizar la extensa obra documental del
director Patricio Guzmán, nacido en Santiago de Chile en 1941. Dada la indudable
importancia de la obra de Guzmán para la memoria histórica del mundo hispano, y en
particular para la chilena, hace tiempo que resulta necesario convocar a los estudiosos de
su cine y a quienes se han interesado por su obra más recientemente para hacer un balance
de ésta y un homenaje internacional al autor que fuera apoyado por Chris Marker desde su
primer largometraje documental El primer año (1972). Residente en París, Patricio
Guzmán ha desarrollado en Francia gran parte de su obra, en la que sobresalen las
problemáticas relacionadas con la memoria histórica chilena por las que Guzmán es hoy
reconocido como uno de los documentalistas más destacados a nivel internacional.
Su extensa obra está marcada desde sus inicios por la trilogía La Batalla de Chile,
muestra insustituible de Historia viva y rodada, como El primer año, durante el gobierno
de Salvador Allende, salvada de la destrucción gracias a la determinación de su director,
quien, tras haber estado preso en el Estadio Nacional a causa del golpe de Pinochet,
encontró refugio en Cuba gracias a Chris Marker y pudo montar la película en el ICAIC.
La gran influencia de esta obra única ha trascendido su contexto político para situarse
como referente internacional de cómo se desarrolló un proceso revolucionario democrático
y de los grandes obstáculos que solamente pudieron detenerlo mediante un golpe de
Estado. Asimismo, la huella de esta trilogía ha penetrado poderosamente en la obra
posterior de Guzmán, desde Chile, la memoria obstinada (1997) hasta Salvador Allende
(2004), pasando por El caso Pinochet (2001), sin olvidar su influencia también en sus
documentales más recientes. Entre estos últimos cabe destacar Nostalgia de la luz (2010) y
El botón de nácar (2015), en los que la evolución del estilo de Guzmán, ajeno al frenesí
comercial, conjuga elementos históricos, antropológicos, astronómicos y poéticos que dan
lugar a unas obras originales de gran fuerza estética y conceptual.
En el congreso que le dedicaremos en la Universidad de Artois los días 2 y 3 de
marzo de 2017 podrán ser abordados aspectos particulares de estos y de los restantes
documentales de un autor que se ha interesado también por la cultura de la religión en
América Latina (La Cruz del Sur, 1992, rodada en Guatemala, Brasil, Méjico y Ecuador),
por sus mitos personales (Mon Jules Verne, 2005) y por las ciudades que conocieron su
exilio (Madrid, 2002, ciudad en la que, además, fue alumno de la Escuela Oficial de
Cinematografía a finales de los años 60).
Las contribuciones podrán centrarse también en la comparación de varios
documentales del autor en torno a una o varias temáticas. Se podrá comparar su obra con la de otros cineastas, analizar la evolución de su estilo, estudiar las influencias recibidas y/o ejercidas por sus documentales, profundizar en la relación de cada obra con su contexto
histórico, político y social, valorar el alcance mediático de los documentales, estudiar las
condiciones de producción y el proceso de elaboración de los mismos, analizar su
argumentación audiovisual, su retórica, sus efectos de montaje, el carácter de sus imágenes de archivo, la cualidad de la narración off (frecuentemente asumida por el propio director), el valor de los testimonios y de otros elementos que configuran su obra. Otros tipos de propuesta serán tomados en consideración. Esperamos que este congreso pueda convocar a especialistas de diferentes ámbitos y facultades cuyos intercambios permitan dar cuenta de la necesidad de analizar la obra documental de Guzmán desde cada uno de ellos y desde la reflexión propiciada por el cruce de perspectivas.
Las propuestas de ponencia (40 min.) o de comunicación (20 min.) serán examinadas
por el comité científico, así como los artículos enviados para la publicación de un volumen
colectivo.
Fecha de referencia para las propuestas: 01/11/2016.
Dirección de envío de propuestas y de contacto: jaimecespedes@yahoo.fr
Comité científico:
Gustavo Aprea, Universidad Nacional de General Sarmiento
Javier Campo, Universidad de Buenos Aires
Dominique Casimiro, Université d’Artois
Jaime Céspedes, Université d’Artois
Tomás Crowder, Soka University of America, California
Christian León, Universidad Andina Simón Bolívar
Gastos pagados por la Universidad de Artois a todos los participantes:
-Almuerzos de los días 2 y 3.
-Cena del día 2.
-Estancia de 1 o 2 noches (según necesite cada participante) en el Hotel Moderne, situado
en la plaza de la estación de trenes, a 10 minutos a pie del campus, situado en 9 rue du
Temple – 62000 Arras.
(-No se pagarán gastos de transporte).
La estación de Arrás está a 55 minutos en TGV (tren de alta velocidad) desde Paris Gare
du Nord. Los aeropuertos internacionales más cercanos son Bruselas Charleroi, Paris
Roissy y Paris Beauvais. El aparcamiento de vehículos privados alrededor de la
universidad y muy cerca del hotel es permanentemente gratuito (aunque no en la plaza
misma del hotel). Los participantes recibirán detalles más precisos.
Congreso organizado por Textes et Cultures (EA 4028), équipe Cotralis.
Université d’Artois. École doctorale 473 Lille Nord de France.

Publié dans Colloques, Uncategorized | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Appel a communication – Le tango, de Carlos Gardel a Astor Piazzolla : cent années mythiques de créations

Colloque international organisé par l’équipe d’accueil Textes & Cultures (EA 4028) de l’Université d’Artois (18-19 mai 2017)

 

Si le tango –musique et danse– est un phénomène aujourd’hui planétaire, puisqu’il est joué et dansé non seulement en Argentine et en Uruguay, mais aussi en Allemagne, en Finlande, en France, en Italie ou au Japon, rares sont, en revanche, les réflexions sur l’histoire du tango. C’est pourquoi nous profitons du centenaire de l’enregistrement par Carlos Gardel de Mi noche triste, qui a signifié l’acte de naissance du tango comme chanson, pour inviter a une réflexion sur la construction historique du tango, ses enjeux symboliques, sociaux et politiques, de 1917 aux  années 1980, années qui marqueront une indéniable inflexion du tango avec Astor Piazzolla.

 

Le tango est né dans le Rio de La Plata, région de pampa où le Paraná se jette dans L’Atlantique, baignant une partie de l’Argentine et de l’Uruguay. Si, aujourd’hui, le tango appartient indiscutablement aux villes de Buenos Aires et de Montevideo (mais aussi de Medellin en Colombie, et pour certains a la ville de Paris), il constitue une vaste nébuleuse dans laquelle l’on trouve des pratiques de musique et de danse traditionnelles d’origine noire (candombe, tango, milonga…), peu a peu « blanchies » par l’arrivée massive dans les années 1880 d’émigrants européens entrainant la transformation sociale des secteurs urbains du Rio de La Plata. Ricardo Rodriguez Molas remarque en 1957 dans La música y la danza de los negros en el Buenos Aires de los siglos XVIII y XIX que le mot tango –ou tambo– est commun a plusieurs langues des régions d’Afrique noire d’où furent prélevés les esclaves. Le mot signifie alors « lieu ferme », « cercle », « enclos » et, par extension, définit tout espace interdit auquel on ne peut accéder qu’après avoir rempli certaines conditions initiatiques ; les négriers appelaient ainsi les endroits ou ils parquaient les esclaves.

 

À ces origines mythiques africaines, le tango intègre aussi une origine andalouse : le tanguillo qui serait une ancienne danse de la Renaissance ayant émigre à Cuba au moment de la conquête. Pour ajouter encore à la complexité, on jouait dans les théâtres du Rio de la Plata, a la fin du XIXème siècle, des mélodies qui, sous le nom de tango, étaient en fait de simples habaneras. La musique de tango, aujourd’hui  musique d’auteurs individualisés, semble avoir puisé dans le fonds musical traditionnel et anonyme de cette zone, en profonde résonance avec les musiques des autres régions de l’Amérique latine. L’on considérera alors le tango comme facteur d’identité, et l’on s’interrogera, par exemple, sur ces métissages musicaux qui ne furent pas l’œuvre du corps social dans son ensemble, mais l’expression de groupes sociaux qui utilisèrent alors le tango comme déterminant culturel permettant une identification au travers d’une distanciation. La constitution d’un groupe social semble donc s’être faite par ce ciment identitaire commun à des étrangers en mal de repères culturels, pour qui le tango œuvre à un syncrétisme, vecteur d’enjeux sociaux, politiques et identitaires.

 

La construction historique du tango est également tributaire d’une mythification constante dont on a fait preuve à son égard des lors qu’il devint un enjeu symbolique entre les groupes sociaux qui en revendiquaient la propriété, notamment après la mort prématurée de Carlos Gardel en 1935. Carlitos est la légende même : date et lieu de naissance discutés, mort tragique et plus ou moins mystérieuse en Colombie. Enfant de la rue né pauvre du côté de Toulouse et devenu richissime, célibataire, il incarne les aspirations populaires. Doté d’une voix reconnaissable entre toutes, ses influences sont a mi-chemin de la chanson faubourienne et de l’Opéra lyrique. Grâce au parolier Alfredo Le Pera, qui débarrasse le texte du langage lunfardo, le tango fera alors le tour du monde, et son âge d’or correspondra aux années 1946 à 1955 de la présidence de Juan Domingo Perón qui le consacrera art officiel. Ce sera également l’époque ou des poètes vont commencer à écrire les paroles de tango comme, entre autres, Enrique Santos Discepolo et Homero Manzi. La poésie contribuera alors a la description de la réalité sociale et a la construction des personnages mythiques du tango : le guapo vêtu de noir comme la mort qu’il côtoie, avec sa pochette blanche a ses initiales et son foulard en alpaga, car en cas de malheur il eut été déshonorant de mourir sur le trottoir dans une autre tenue ; le compadre qui se refugie dans la nostalgie du passe, affecte ses mouvements, surtout lorsqu’il s’agit de faire tomber la cendre de sa cigarette avec l’ongle très long du petit doigt; le compadrito, autre habitue de la littérature populaire argentine, méprisable vantard qui d’un simple coup de cravache parvient à faire taire ; enfin, le compadron, lâche macho qui abuse des femmes et des faibles, triche au jeu, trompe ses amis avant de s’enfuir au premier heurt.

 

En plus d’un siècle de vie, le tango a laisse en partie derrière lui ses origines, sans les renier pour autant. Il a crée de nombreux styles différents, s’est pérennisé, a rejoint la musique savante la plus avant-gardiste –grâce notamment au compositeur engage Gustavo Beytelmann et son programmatique Front de la culture– et la danse contemporaine, connait des festivals et des milliers d’adeptes qui, dans le monde entier, participent aux bals de tango. Bien plus qu’un genre musical et chorégraphique, il est devenu un univers a lui tout seul, intégrant littérature, poésie, peinture, philosophie, musique et danse. Nébuleuse complexe, capable de digérer d’autres univers esthétiques ou de s’intégrer a eux, le tango aura marqué un espace et un temps d’une empreinte indélébile, à l’instar des autres musiques d’origine africaine- américaine, telles que le jazz et les musiques brésiliennes ou cubaines dont le tango est l’une des ramifications. Entre la fin du XIXeme siècle où il acquiert une structure formelle définie et aujourd’hui, l’histoire du tango aura été aussi mouvementée que l’histoire du Cône Sud lui- même dont il est le fidele reflet. Né du métissage de la ville, véritable langage musical, le tango, par nature, se transforme et absorbe. Au cours du siècle précédent il n’aura eu de cesse, en effet, à intervalles réguliers, d’enrichir son corpus mélodique, sa structure rythmique et harmonique, sa poésie, sa chorégraphie, et de subir toutes les influences musicales et chorégraphiques, mais aussi sociales et politiques.

 

En définitive, nos débats autour du tango –musique et danse– pourront se constituer autour des axes suivants :

  • – Les origines mythiques et historiques du tango
  • – Le tango comme facteur d’identité
  • – Le tango, métissage musical
  • – Le tango, vecteur d’enjeux sociaux, politiques et économiques
  • – Le tango comme motif cinématographique, narratif, poétique et théâtral
  • – Des figures légendaires du tango
  • – Le tango et les vicissitudes de l’Histoire du Cône Sud
  • – Le lunfardo dans les paroles de tango
  • – Les capitales du tango (Buenos Aires, Montevideo, Helsinki, Tokyo…)
  • – Les écoles de tango
  • – Le tango et la musicothérapie

 

Porteur d’enjeux symboliques entre groupes sociaux opposes, le tango se sera trouve au cœur d’après polémiques de Carlos Gardel a Astor Piazzolla. La réside sans doute la force de cette musique et de cette danse, qui, plus de cent ans après sa naissance, parvient encore à régénérer ses formes, renouveler ses vieux habits, séduire de nouvelles couches sociales, tout en restant tango.

 

Les propositions de communication (une dizaine de lignes accompagnées d’un bref résume bio-bibliographique des auteurs) seront attendues avant le 30 septembre 2016, et seront à envoyer aux deux adresses suivantes :

colloquetango2017@yahoo.es ; dominiquecasimiro@yahoo.es

 

Les langues du colloque seront l’espagnol et le français.

 

Une publication des actes de ce colloque est prévue.

 

Responsable de l’organisation du colloque : Dominique CASIMIRO,

MCF Littérature hispano-américaine contemporaine à l’Université d’Artois, chercheur

associé aux équipes « CoTraLiS » et « Praxis / Esthétique des arts » (Textes & Cultures)

 

Comité scientifique :

Esteban Buch (Directeur d’études a l’EHESS)

Raúl Caplan (PU – Université d’Angers)

Amos Fergombé (PU – Université d’Artois)

Herve Le Corre (PU – Université de la Sorbonne Nouvelle)

Annick Louis (MCF HDR – Université de Champagne Ardennes)

Carmen Pineira-Tresmontant (PU – Université d’Artois)

Julio Premat (PU – Université de Paris 8)

Benoit Santini (MCF – Université du Littoral Cote d’Opale)

 

Dates et lieu de rencontre : les 18 et 19 mai 2017 a la Maison de l’Amérique Latine (Paris) ; le lieu de rencontre sur Paris pour le 18 mai sera précise ultérieurement.

Publié dans Colloques, Uncategorized | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Appel a communication – Présentations médiatiques : jeux, lieux et enjeux de médiatisation

Laboratoire Textes et Cultures
Corpus, traductologie, linguistique, société (CoTraLiS)
Le 28 novembre 2016
Les enjeux liés à la visibilité sociale sont multiples déjà dans leur ancienneté et leurs
espaces de manifestation. Leur logique, tant ancienne que contemporaine, n’est rien
de moins que des acteurs et des actions dont l’opérativité et la légitimité passent par
leur présentation et leur perception – et donc leur connaissance – ordinaires publiques.
Le terme public dans sa signification cumulative : comme expression matérielle
signifiante perceptible de l’action communicationnelle et comme
destinataires, « auteurs participatifs » de cette même action par leur réception. En tant
qu’expression, le public correspond à une actualité matérielle et réel présent, à un
message (une expression) et à un événement (une action) produits par l’émetteur. En
tant que destinataire, le public correspond à l’auditoire, groupe et groupement, inclus
dans le processus de communication dont il est une partie prenante fondamentale,
comme le montrent les multiples modèles et schémas qui ont cherché à rendre compte
de la communication.
Le propos de cette journée d’étude est d’interroger la nouveauté contemporaine de
cette médiatisation, la technicisation poussée de ses outils – les médias – de ses
processus et de ses matérialités ainsi que sa monétisation marchande dans un
investissement et une production économique de la valeur par la communication.
Médiatiser est ainsi une interaction réciproque entre des sujets et des objets
techniques, des médias. Les sujets régulent leur action sur les outils en fonction de
leur intention et des résultats. L’interaction entre sujets et objets n’est donc ni neutre,
ni mécanique : c’est une action intentionnelle intéressée, une présentation.
La présentation est exhibition, auto-présentation, présentation du même pour
reprendre les termes de Louis Marin. Elle opère par une intensification de la présence,
une théâtralisation et une mise en scène de l’identité. Il s’agit donc d’une monstration
et d’une exhibition ostentatoires et réfléchies – sensationnalistes – d’acteurs,
d’actions, de qualifications et de justifications dans une démarche d’autorisation et de
légitimation d’une identité par sa mise en scène et sa mise en visibilité médiatique.
Cette monstration vient s’ajouter et augmenter la visibilité par représentation,
délégation à un héraut, à un logo, à un totem comme l’écrivait Emile Durkheim,
statufié en monuments dans les espaces des lieux, miniaturisé et apposé sur des
surfaces diverses, logographié en insignes ou en médailles, bref un re-présentant qui a
en charge de rendre à nouveau et imaginairement présent, l’identité à laquelle il réfère
et qu’il incarne et intensifie dans son absence.
Les propositions de communication d’environ 2000 signes sont à envoyer à
gloria.awad@univ-artois.fr avant le 10 septembre 2016.

Publié dans Discours de la presse et des médias, Journées d'Etudes, Uncategorized | Tagué , , | Laisser un commentaire

3ème colloque franco-espagnol « Apports et limites des corpus numériques spécialisés en analyse de discours et didactique des langues de spécialité »

28-29-30 septembre 2016 : CoTraLiS et Grammatica : 3ème colloque franco-espagnol « Apports et limites des corpus numériques spécialisés en analyse de discours et didactique des langues de spécialité », organisé par Jan Goes, Jean-Marc Mangiante, Luis Meneses-Lerin, Florent Moncomble, Françoise Olmo et Carmen Pineira–Tresmontant.

Capture_d_ecran_2016_06_29_a_19.31.53

Retrouvez le programme complet sur le site Internet du colloque: https://3franco-esp2016.sciencesconf.org/

Publié dans Colloques, Didactique des Langues, Uncategorized | Tagué , , , , | Laisser un commentaire