Appel a communication – Présentations médiatiques : jeux, lieux et enjeux de médiatisation

Laboratoire Textes et Cultures
Corpus, traductologie, linguistique, société (CoTraLiS)
Le 28 novembre 2016
Les enjeux liés à la visibilité sociale sont multiples déjà dans leur ancienneté et leurs
espaces de manifestation. Leur logique, tant ancienne que contemporaine, n’est rien
de moins que des acteurs et des actions dont l’opérativité et la légitimité passent par
leur présentation et leur perception – et donc leur connaissance – ordinaires publiques.
Le terme public dans sa signification cumulative : comme expression matérielle
signifiante perceptible de l’action communicationnelle et comme
destinataires, « auteurs participatifs » de cette même action par leur réception. En tant
qu’expression, le public correspond à une actualité matérielle et réel présent, à un
message (une expression) et à un événement (une action) produits par l’émetteur. En
tant que destinataire, le public correspond à l’auditoire, groupe et groupement, inclus
dans le processus de communication dont il est une partie prenante fondamentale,
comme le montrent les multiples modèles et schémas qui ont cherché à rendre compte
de la communication.
Le propos de cette journée d’étude est d’interroger la nouveauté contemporaine de
cette médiatisation, la technicisation poussée de ses outils – les médias – de ses
processus et de ses matérialités ainsi que sa monétisation marchande dans un
investissement et une production économique de la valeur par la communication.
Médiatiser est ainsi une interaction réciproque entre des sujets et des objets
techniques, des médias. Les sujets régulent leur action sur les outils en fonction de
leur intention et des résultats. L’interaction entre sujets et objets n’est donc ni neutre,
ni mécanique : c’est une action intentionnelle intéressée, une présentation.
La présentation est exhibition, auto-présentation, présentation du même pour
reprendre les termes de Louis Marin. Elle opère par une intensification de la présence,
une théâtralisation et une mise en scène de l’identité. Il s’agit donc d’une monstration
et d’une exhibition ostentatoires et réfléchies – sensationnalistes – d’acteurs,
d’actions, de qualifications et de justifications dans une démarche d’autorisation et de
légitimation d’une identité par sa mise en scène et sa mise en visibilité médiatique.
Cette monstration vient s’ajouter et augmenter la visibilité par représentation,
délégation à un héraut, à un logo, à un totem comme l’écrivait Emile Durkheim,
statufié en monuments dans les espaces des lieux, miniaturisé et apposé sur des
surfaces diverses, logographié en insignes ou en médailles, bref un re-présentant qui a
en charge de rendre à nouveau et imaginairement présent, l’identité à laquelle il réfère
et qu’il incarne et intensifie dans son absence.
Les propositions de communication d’environ 2000 signes sont à envoyer à
gloria.awad@univ-artois.fr avant le 10 septembre 2016.

Publicités
Cet article, publié dans Discours de la presse et des médias, Journées d'Etudes, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s